Logo de Editions numériques Jerkbook
Editions numérique d'Art et Essai/e
Enveloppe
Lien Facebook

La sélection générale

L'instant lecture

L'AFFAIRE DEMERKS un polar en 1993 à fleur de peau : du très bon | LE POULPE AU COURONNEMENT DE BOKASSA en 1977 un étudiant en droit se fait inviter au sacre au prétexte qu'il est roi de Basoche et ça marche, sauf que 👀

En lecture libre

Bande-annonce

Bande-annonce

Les polars et thrillers

ITINÉRAIRE D'UN JEUNE HOMME

JeF Pissard

couverture du livre 07ITINÉRAIRE D'UN JEUNE HOMME


Llivre chouchou des lectrices et lecteurs !

En amour, il faut se mettre à la place de l'autre pour le comprendre. Tentez l'Aventure via ce livre léger et profond. Il faut se faire attentif et se mettre à la place de l'autre pour être heureux à deux. C'est ce qu'entreprend Woody et, dans le mimétisme, il y va même un peu fort. Mais le bonheur en passe par là, et il faut bien dire que le zig part de loin. Dans ce livre d'aventures intra-conjugales, empreint de suspense et de conneries de fin de jeunesse, l'auteur ne cesse de distiller des conseils et de suggérer des expériences auxquelles on ne pense pas forcément quand on veut avancer. C'est bien vu, bien écrit, et très souvent enseignant et drôle à en sourire et rire.

2.99 €

ACHETER
Amazon Kindle

ACHETER
Fnac Kobo

ACHETER
Numilog

s/liseuses (estimation) : 217 pages

Juillet 2019

ISBN : 9791094391174

L'AUTEUR /E

Photo de l'auteur


JeF Pissard est un écrivain français né en 1954 à Poitiers.
Il exerce professions dans la banque, le social, le journalisme, l’édition.
Il commence à publier des livres en tant qu’auteur professionnel en 1987.
C’est pour la publication de son premier ouvrage alors qu’il est en poste dans une banque qu’il prend le pseudonyme de Dominique Léonie. Il écrit de nombreuses années sous ce nom de plume avant de poursuivre sous son patronyme.
Pas de ligne directrice pour ses sujets traités, il se laisse entraîner par ceux qui l’intéressent et son sens de la curiosité le fait s’intéresser à bien des sujets. Il écrit tout d’abord depuis sa région de Poitou-Charentes, depuis Paris où il fut établi, sur les rives du lac Léman France Suisse, et actuellement depuis le Midi Pyrénées où il réside, à Pau.
Il est membre de la SGDL.
Voir sa production sur Wikipedia.

CE QU'ON DIT DE CE LIVRE


« UN ROMAN DRÔLE » « Woody, trentenaire, nous embarque dans sa vie où il tente désespérément de faire croire à ses lecteurs qu’il est le nouveau super héros, notamment du sauvetage animalier. Woody ressemble plus à un gaffeur un peu looser qu’à un héros mais il y croit alors on le laisse faire. On a tous un pote comme lui qui cumule les petites emmerdes et qui vous énerve autant qu’il vous attendri. Woody est surtout un homme profondément amoureux de sa femme, Dana qu’il vénère tellement il est amoureux. Elle n’est pas toujours commode, mais il s’en accommode. Remarquez des fois elle a raison de râler envers cet homme qui a gardé son âge mental d’adolescent. Les situations cocasses se suivent et les fous rires se succèdent tellement c’est drôle. Plus Woody essaie de comprendre sa femme et plus c’est horripilant. Le tout est tendre, loufoque et les jeux de mots sont truculents. JeF Pissard brosse en fait des moments de couple que nous connaissons tous. Ces moments où parfois les sourcils se lèvent car l’autre fait le pitre, ou n’apporte pas la réponse attendue. Ces moments où les dialogues échangés ne volent pas très hauts mais où les éclats de rire envahissent les murs de la maison. Bref, ces moments de couple où on se dit qu’on est bien avec l’autre malgré ses défauts. Un roman déjanté que je recommande si vous voulez rire un peu, et où l’auteur distille des petits conseils l’air de rien sur l’art de vivre en couple. » Nelly Topscher.

« UNE ÉCRITURE LIBÉRÉE, INVENTIVE, PRIMESAUTIÈRE... UN RÉGAL ! » « Michey est un garçon sympathique, pas très beau, pas très futé, trépident (il y a du Woody Woodpecker en lui), et quatorze ans d'âge mental. Question boulot il fait du tourisme. Il aime ses potes, la fête, les blagues et l'amour. Mais surtout, il est en adoration - et en soumission - devant Dana, sa chère et tendre, petit dragon ménager au joli minois et au corps de rêve. Dana est directive envers son Mickey et facilement jalouse. Celui-ci doit donc parfois ruser. Voilà les ingrédients d'une suite de situations cocasses parfois ubuesques et toujours très drôles. Les dialogues, nombreux, et le style, alerte, rendent le récit vivant et très visuel. La langue y est d'une grande agilité - et vous découvrirez combien cette remarque est pertinente ! Bref, on ne s'ennuie pas en compagnie de ce Mickey de sa jolie mégère, de leurs parties de jambes en l'air et de leurs potes farceurs. Sous cette légèreté perce peu à peu des questions angoissées et très adolescentes sur l'identité et l'autre féminin. Cela donnera lieu en fin de récit à un passage d'anthologie désopilant qui pourrait s'intituler « dans la peau d'une femme ». Mickey, alias Woody, parviendra-t-il à entrer dans l'âge d'homme ? » Jo Frehel.

« UN BOUQUIN PAS BANAL » « Connaissez-vous le terme 'terrorisme animalier' ? L’appellation exacte serait : défenseurs des droits des animaux, mais il faut bien reconnaître que le terme est un peu long. Nous pourrions tenter une expression plus courte : Genre terrorisme zoophile, mais, force est d’admettre qu’une telle tournure pourrait prêter à une certaine et très dérangeante confusion. Nous conserverons donc la formule de 'Terrorisme animalier'. Ce glorieux titre désigne des combattants de la liberté utilisant parfois et intentionnellement la violence physique à l’encontre de personnes martyrisant ou 'embastillant' d’innocents animaux. Ces escadrons d’élite, souvent fort organisés, montent de véritables missions commandos afin de stopper ou de dénoncer les insupportables pratiques des bourreaux animaliers. Dans ce bouquin, nous suivons Woody, jeune homme d’une trentaine d’années. Ce grand gamin, en nous racontant, avec moult détails le tortueux itinéraire qui l’amena à organiser l’une de ces missions de sauvetage animalier, tente de nous faire croire qu’il appartient à cette race de héros, défenseur de bêtes à plumes et à poils, militant désintéressé de causes perdues. Il nous apprend surtout, pour notre plus grand plaisir d'ailleurs, qu’il n’est avant tout qu’une sorte de looser gaffeur, plus ou moins fainéant, éternel adulescent, un tantinet pochard et obsédé, qui un soir de beuverie, avec un de ses potes aussi bourré que lui, va improviser une opération de libération. En moins de temps qu’il me faut pour l’écrire, la mission branquignole sera orchestrée de façon si bancale, qu'elle va lui retomber dessus, comme la vérole s'abat parfois sur le bas clergé… Et c’est là que ça devient rigolo. Par le biais d’un journal au jour le jour, riche de situations jetées chronologiquement mais en vrac sur le papier, nous suivons les pérégrinations d’un jeune adulte resté gravement coincé dans ses questionnements d’adolescent inachevé. Mine de rien et avec humour, je me suis marré bêtement parfois tout seul devant ma liseuse, tout y passe : - Le rapport à la femme, à la fois maîtresse et mère, celle qui gronde et qui récompense. - Le rapport à l’autorité (ou comment tuer le père en quelques leçons). - Le rapport au corps en pleine puberté. - Les blagues de potache, les délires solitaires ou avec la complicité d’une bande de copains immatures à souhait. - L'éternelle question : Une femme, comment ça marche ? Femme mode d'emploi. - La découverte presque naïve et sublimée de la partenaire fantasmée et des jeux de l’amour. - Cette irrépressible envie de basculer vers le côté obscur des expériences interdites. Bref, pour donner dans le cours l’itinéraire d’un gamin qui deviendra un homme, mais faut avouer que ce n’est pas vraiment gagné ! Mais alors me direz vous, qu’est-ce que ces malheureuses bestioles maltraitées viennent faire dans cette galère ? En fait pas grand-chose. Elles constituent les génériques d’ouverture et de fin. Elles sont le prétexte qui permettra de déballer les questionnements et commentaires d’un jeune homme en partance vers un âge mûr incertain, celui de raison paraît-il, mais qui n’est pas encore tout à fait atteint. C’est sympathique, parfois un peu long, mais souvent distrayant et amusant. Un bouquin pas banal, étrangement charpenté, qui ressemble sans doute beaucoup à ce Woody, le non-héros qui nous est présenté. Cerise sur gâteau, on se dit, qu’est-ce qu’il a de la chance ce sale gamin d’être aimé de Dana. Cette fille là, j'aimerais franchement la connaître ! Au fait, qui est l’alpha dans cette histoire de couple ? Elle ou lui ? Il vous faudra lire le bouquin pour le savoir. » Jean B. Jouteur.

« BONNE HUMEUR GARANTIE » « L'auteur nous livre dans ce roman une succession de situations cocasses et attendrissantes. Woody est un personnage parfois agaçant mais n'en demeure pas moins un mari amoureux et attentionné. A lire pour passer un agréable moment, bonne humeur garantie. » Claude J.

« DRÔLE ET TENDRE ! » « Dans ce roman, Jef Pissard retrace le parcours de Mickey Woodkimroudy, dit Woody ! Un peu ado attardé, aimant beaucoup se retrouver avec ses potes et faire des blagues potaches ainsi que se lancer des défis quelque peu loufoques ! Pour la blague, l'adrénaline, le rire des autres et la Surenchère. Même si parallèlement à cela, Woody vit une histoire d'amour et de couple des plus sérieuses avec la belle Dana. Alors que cette dernière mène une carrière professionnelle épanouissante pleine et entière, Woody (franco américain) peine à se poser et s'imposer. Ce livre retrace sa quête de maturité afin de pouvoir obtenir des résultats. J'ai beaucoup aimé ce livre car Woody est un personnage attachant : gauche, maladroit, intrépide, amoureux-amant actif, avec la volonté de bien-faire tout en ne conservant sa 'vie d'étudiant'. Il est fou amoureux de Dana, et veut l'épater, la rassurer, être à sa hauteur aussi. Il enchaîne les boulots à mi-temps (prof d'anglais, détective privé, agent administratif dans un club de chasse alors qu'il déteste ça). Il ne sait pas trop où il va ni ce qu'il veut, mais ne baisse pas les bras. C'est drôle, bien écrit, avec des tas de jeux de mots. J'aime beaucoup le couple qu'il forme avec Dana et surtout leur façon de gérer les évènements. Ils ne se précipitent JAMAIS sur le téléphone. Le rituel c'est attendre le soir, préparer un bon diner, s'occuper de l'autre et deviser. Woody est bon amant, bon danseur, bon cuisinier. Il passe également beaucoup de temps à faire le ménage... Il serait bon à marier s'il était stable professionnellement... » Cécile Baux.

« JE RECOMMANDE » « Lorsqu’un homme amoureux tente de comprendre le cerveau féminin, le résultat est cocasse et divertissant. Sous la plume talentueuse de Jef Pissard, le paysage quotidien du couple ressemble aux scènes comiques du cinéma burlesque. On rigole souvent, toutefois ce n’est pas seulement un roman comique. C’est aussi et surtout une belle histoire d’amour. Les personnages principaux, Woody et Dana deviennent très vite nos amis. Il est maladroit mais plein de bonne volonté. Elle est belle, elle pilote un avion-taxi et est très amoureuse. Chaque femme se reconnaitra sans doute un peu dans son personnage. Car nous aimons les hommes même si parfois… Un roman sympathique qui mélange avec bonheur amour, tendresse et humour. Idéal pour passer un excellent moment de lecture. » Azteca.

« L'HOMME QUI VEUT COMPRENDRE LES FEMMES. UN RYTHME LENT MÊLANT HUMOUR ET TENDRESSE » « Woody est un anti-héros dont la bonne volonté me touche. A trente-trois ans, il a trouvé Dana mais il se cherche encore, entre goujaterie involontaire et élans de tendresse. Les portraits sont esquissés finement, le quotidien est bien rendu à petites touches impressionnistes. Le vocabulaire est soigné. La sexualité est décrite avec pudeur et naturel. L’humour est très présent et je me suis esclaffée toute seule à de nombreuses reprises. Par l’humour, l’auteur évoque le féminisme au sens général d’humanisme. Il reste beaucoup à faire pour l’éducation de nos fils. Woody incarne aussi les composantes fondamentales du masculin que sont le jeu, la bravade et la légèreté. » Lucie Kervignac.

« DIVERTISSANT » « Quand le masculin s’interroge sur le féminin, cela donne un itinéraire plutôt chaotique pour Woody. Ce jeune homme d’une trentaine d’années, professionnellement instable et psychologiquement ado, fera tout pour réussir à combler totalement sa femme Dana, à qui tout réussit. Tout au long du roman, le lecteur est témoin des erreurs et des réussites de Woody, qui nous touche même s’il est parfois exaspérant. Un bon moment de lecture qui mêle vie quotidienne, relations homme-femme et une bonne dose d’humour. » Laurel Geiss.

« QUAND HUMOUR RIME AVEC AMOUR » « JeF Pissard plonge son lecteur dans l’histoire de Woody et Dana. L’humour est au rendez-vous et il entoure les réflexions sur la vie de couple, la psychologie féminine – dont les rouages sont indiscernables pour Woody – dans un style, par ailleurs, qui rappelle incontestablement les meilleurs films du cinéma français. Si l’humour est présent, l’amour est omniprésent dans cette belle fresque conjugale. La structure du roman est assez fréquemment proche de celle d’un scénario, mais la plume de l’auteur reste, elle, bien ancrée dans la littérarité, mais l’actualité aussi avec les recherches de Woody. Parfois, hilarant, souvent agaçant, Woody reste un personnage attachant dans sa quête à comprendre sa compagne. Dana, elle, c’est une femme jusqu’au bout des ongles, bien que pilote de ligne, et il est difficile de la comprendre tout à fait. Bref un roman savoureux qui offre une belle distraction non exempte de questionnements avec et sans réponse ! » Murielle Lucie Clément.

« DRÔLE ET ENLEVÉ » « C'est léger, c'est enlevé, ça coule comme de source. On pourrait parfois avoir l'impression d'être assis en terrasse et d'écouter un copain nous raconter tout ça, un copain qui ferait des grands gestes, qui baisserait le ton parfois, envahi de tendresse, qui se lèverait, pris par son récit. Itinéraire d'un jeune homme vaut le déplacement, ou plutôt la lecture. On passe un bon moment avec lui. Et on pense un bon moment après, aussi, parce que ce roman est plus profond qu'il n'y parait au premier abord. » Céline de Roany.

« UN ITINÉRAIRE À SUIVRE ! » « Un roman original qui s’intéresse au couple par le truchement de deux personnages hauts en couleur, Woody et Dana. Un ton décalé, de l’humour bien sûr ! Un peu à la Woody Allen. Le traitement narratif n’est d’ailleurs pas sans rappeler les techniques cinématographiques. » Antigone.

« UNE JOLIE DÉCOUVERTE TOUT EN TENDRESSE » « Je découvre la plume de l'auteur avec ce roman dont le titre m'a intrigué et ce fut une jolie découverte. Derrière ce titre se cache Woody, trentenaire qui ne fait pas forcément les bons choix, car il a du mal à grandir et à se poser. Dana sa compagne, pilote d'avion, contrôle sa vie d'une main de maître et désire que son conjoint se stabilise enfin tout en de désespérant de ses facéties. L'auteur avec brio met à jour les différences homme-femme et l'incompréhension des uns par rapport aux autres. Ne dit-on pas que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars ? Avec humour, Woody va tenter de se mettre dans la peau d'une femme, d'analyser les différences et de s'améliorer. Tout cela ne se fera pas en un jour et j'ai beaucoup aimé ce roman tendre où se mêlent amour, humour et maladresses. » Nathalie Brunal.

« LE ROMANTISME EN SLIP » « J'ai beaucoup aimé. C'est un roman fendard et turbulent, mais derrière la déconnade, on a un écrivain qui aime les femmes. Les aime vraiment, avec sensualité et respect. » David Pascaud.

« TRÉS DISTRAYANT » « Tout d'abord, une petite critique : le récit est parfois monotone. Bon, passons aux bonnes choses et il y en a ! Il y a de l'humour, beaucoup d'humour et des jeux de mots en veux-tu en voilà. Il y a les aléas de la vie, les coups durs et les coups de chance. Et il y a l'amour, bien sûr, l'amour et le couple. Une belle histoire à lire absolument. » Marc Vidon.

« HUMOUR ET TENDRESSE » « Ce délicieux roman met en scène un personnage nommé Woody qui rappelle, par certains côtés le personnage que joue souvent Woody Allen dans ses films : un personnage tendre, amoureux, timide et terriblement maladroit, un personnage très attachant et qui nous fait souvent rire. J'ai vraiment passé un bon moment avec ce livre. » Catherine Choupin, écrivaine.

« Un écrivain qui sait raconter des histoires. » Jeanne Paris.

« C'est un très bon livre. » Yacine's man.

« Très sympathique personnage de Woody à qui l’auteur sait insuffler une véritable vie. » Denis Gombert éditeur.

« C'est riche, enlevé et foisonnant de références à la chanson populaire. C'est vrai qu'il se cherche, Woody ... et que ça lui fait faire bien du chemin. Mais du coup, on fait du chemin aussi ! À lire, indubitablement". Alchile.

« La scène d'ouverture, avec le chien, est tout simplement irrésistible ! » Paul Ivoire.

« CÉZANNE... » « Un livre précieux pour moi, je l'avais trouvé joli le regard de l'homme porté sur la femme, très loin du modèle du genre, il faut le lire, fermer la dernière page, et réfléchir, songer aussi à ce que cela implique, il y a une grande humilité derrière cet aveu... Mais voilà l'homme / Sous son chapeau de paille / Des taches plein sa blouse / Et sa barbe en bataille / Cézanne peint / Il laisse s'accomplir la magie de ses mains / Cézanne peint / Et il éclaire le monde pour nos yeux qui n'voient rien / Si le bonheur existe / C'est une épreuve d'artiste / Cézanne le sait bien... Et bien, JeF Pissard, c'est un peu ça. » Céline Vay.

« TRÈS RÉUSSI » « Ce livre, c’est un peu l’équivalent de certains films de Claude Sautet. Avec la modernité en plus. Woody et Dana. Woody fait ce qu’il peut pour que leur couple fonctionne. Il en fait même un peu trop parfois. Au début il parait presque soumis à Dana. C’est elle qui semble porter la culotte. C’est peut-être parce qu’elle est pilote de ligne et lui, non. Et lorsque Woody essaye de jouer à l’homme, cela se retourne presque immanquablement contre lui. Pourtant il faudra bien que ces deux là se retrouvent. Ils le font parfois, la nuit surtout. Mais comment Woody pourrait-il faire en sorte que son couple se cimente encore plus ? Peut-être en acceptant un boulot qui ne lui plait vraiment pas, simplement parce que cela ferait plaisir à Dana ? Ou en acceptant de jouer un jeu de rôle surprenant ? Ou alors… Dans un style limpide et agréable, JeF Pissard nous révèle cette chronique d’un couple qui n’est pas si ordinaire que ça. Et le lecteur, qui se reconnaîtra tantôt dans l’un, tantôt dans l’une, se laisse emporter par ces deux personnages ! » Robert Dorazi.

« UNE ÉDUCATION MENÉE DE MAIN DE MAÎTRE » « Une éducation menée de main de maître. C'est un roman que l'on dévore de la première à la dernière ligne. Une plongée dans un cerveau masculin dont on ressort amusé, attendri. Woody est un homme banal avec un travail banal, mais dont la femme est belle, cultivée, exerçant un beau métier en tant que pilote de ligne. Il voudrait être digne d'elle, mais se retrouve dans des situations invraisemblables. Alors, il tente de se mettre dans la peau d'une femme... À lire absolument ». Laurence Lopez Hodiesne.

« DES HOMMES SENSIBLES, ÇA EXISTE » « Oui, je suis d’accord avec le fond du sujet, bien des jeunes hommes auraient besoin d’une certaine éducation conjugale pour se lancer en couple dans de bonnes conditions. En tant que fille, donc à la maturité plus précoce que celle du garçon, je trouve le récit initiatique de ce roman très juste et très savoureux. Ce livre est drôle. J’aimerais bien que mon jules quand je l’aurais trouvé se comporte comme ce Woody, même si parfois, pendant le cours de son cheminement, le Woody en question pousse le bouchon un peu trop loin ! Mais au final, il se mue en homme charmant, et je l’aime... » Anonyme.

« UN ROMAN D'APPRENTISSAGE MODERNE » « On plonge dans l'action dès la première page. On est très vite pris par le manque de maturité de Woody, la patience de sa femme, le cocasse des situations. Le héros accumule casserole sur casserole. Malgré tout, il cherche à bien faire par amour. J'ai été scotché par la scène des toilettes, amusé par la scène de l’œuf et plié en quatre par l'analogie de l'hémorroïde. Woody fait parler sa part féminine et comprend Dana, jusqu'à la très belle conclusion. » Anonyme.

« DE LA PROFONDEUR SOUS LA LÉGÈRETÉ DU PROPOS » « Quand le jeune homme devient mature bien après la jeune femme, ce qui est la norme, et que cet auteur s'empare du sujet, cela produit ce livre délicieux où le jeune homme cherche absolument tous les moyens pour se mettre au niveau. Alors, forcément, ce livre présente de sacrées situations cocasses. J'ai beaucoup aimé et vous aimerez beaucoup. » Geneviève Ballereau.

ContactMentions légalesAdministration