Logo de Editions numériques Jerkbook
Editions numérique d'Art et Essai/e
Enveloppe
Lien Facebook

La sélection générale

L'instant lecture

Assis sur terre. PUISSANT PROFONDÉMENT HUMAIN Avec du vécu Le sérieux de l'accompagnement La lourdeur des tâches La gravité des situations Et tant d'empathie De gaieté De vie. La fin ? Une idée extraordinaire Bel hommage

En lecture libre

Bande-annonce

Bande-annonce

Les polars et thrillers

ASSIS SUR TERRE, DEBOUT AU PARADIS

JeF Pissard

couverture du livre 00ASSIS SUR TERRE, DEBOUT AU PARADIS


« Écrit avec les tripes ! »
C'est l'histoire vraie de personnes pas tout à fait comme nous.
Et l'histoire romancée de qui elles auraient pu être si elles avaient été comme vous et moi.


Fatigué de ce travail de journaliste, de lieutenant de rédaction, d'éditeur, d'écrivain où il faut tout le temps réfléchir, trouver des idées, les réaliser, sans compter la promo derrière, la gestion et tout le reste. Ça fait des années maintenant, et j'en ai marre ! Ajouté à cela : les affres d'une séparation. Il me faut dégager vers une nouvelle vie ; immaculée. Exode loin, en haut d'une montagne, avec mon bas de laine, et recherche d'un travail. Ma femme d'aventure et de ma pré-vieillesse, professionnelle du handicap, me dit « Tu pourrais te proposer dans des foyers d'accueil de personnes handicapées, dans la région ils sont en recherche, ta personnalité conviendrait ». J'envoie des lettres. Je suis reçu. Testé. On me prend en CDD. Mon job : m'occuper en équipes tournantes 24h/24 de douze personnes polyhandicapées. Si je dois faire quelques années ici, à terminer mes quarante années de travail réglementaires, je trouve que cela aurait de la gueule ; au service de l'humain, moi qui ai commencé ma vie professionnelle au service du fric, dans une banque privée. Et c'est ce qui va se passer. Je vais travailler ici trois ans.
Quel travail et quelles rencontres je vais y faire ! Inoubliables ! Vous oublieriez, vous, un homme sans âge (entre quarante et cinquante, mais de seulement quelques années d'âge mental), handicapé comme pas permis, déconneur comme pas permis, et qui se faisant emmené à l'hôpital pour détresse respiratoire fait comprendre aux ambulanciers qu'il veut qu'on lui mette le 'Pin Pon' parce que ça l'amuse !? Et que de coups comme cela et autres, ils nous ont fait nos semblables dissemblables !
J'ai été un touriste appliqué à leur service. Et, petit à petit, l'envie revenant, j'ai fini par prendre des notes avec l'intention d'écrire un livre.
Le voici ! Je suis heureux de l'avoir commis. J'aimerais qu'il se lise et qu'il se diffuse. Pourquoi ? En principal pour faire connaître ces douze personnes extra-ordinaires dont je me suis occupé. Et pour faire connaître le harassant travail du valeureux personnel soignant...

2.99 €

ACHETER
Amazon Kindle

ACHETER
Fnac Kobo

ACHETER
Numilog

s/liseuses (estimation) : 270 pages

Mars 2020

ISBN : 979-10-94391-23-5

L'AUTEUR /E

Photo de l'auteur


JeF Pissard est un écrivain français né en 1954 à Poitiers.
Il exerce professions dans la banque, le social, le journalisme, l’édition.
Il commence à publier des livres en tant qu’auteur professionnel en 1987.
C’est pour la publication de son premier ouvrage alors qu’il est en poste dans une banque qu’il prend le pseudonyme de Dominique Léonie. Il écrit de nombreuses années sous ce nom de plume avant de poursuivre sous son patronyme.
Pas de ligne directrice pour ses sujets traités, il se laisse entraîner par ceux qui l’intéressent et son sens de la curiosité le fait s’intéresser à bien des sujets. Il écrit tout d’abord depuis sa région de Poitou-Charentes, depuis Paris où il fut établi, sur les rives du lac Léman France Suisse, et actuellement depuis le Midi Pyrénées où il réside, à Pau.
Il est membre de la SGDL.
Voir sa production sur Wikipedia.

CE QU'ON DIT DE CE LIVRE


« ENTRE HAUT LES CŒURS ET RAINMAN » « Voilà un livre empreint d'une rare intensité ! Il se rapproche de certains scenarii de films comme 'Haut les cœurs' de Solveig Anspach avec Karin Viard, Laurent Lucas et le superbe film 'Rain Man' avec Dustin Hoffman, Tom Cruise et Valéria Godino (même si je ne souviens pas très bien de son rôle à elle) pour ce qui est de l'émotionnel que JeF Pissard rend d'une manière incroyable grâce à son vécu personnel. Pourquoi est-ce que je compare ce livre à des films ? Principalement pour l'écriture, sublime, très visuelle et qui me fait voir les personnages hauts en couleurs, si différents de nous, les soi-disants sains d'esprits, et pourtant si semblables. Une écriture pleine de tendresse, d'empathie qui, sans oublier les moments difficiles, n'occulte pas l'humour. Du très grand Pissard à ne pas rater bien assurément. » Muriel-Lucie Clément, docteur es lettres.

« DE L'HUMANITÉ EN BARRE » « Le titre, magnifique, m'a attiré. Bonne intuition : j'ai aimé ce récit régénérant, plein de drôlerie et d'humanité. » D. Emmanuel.

« DIFFÉRENTS, ET POURTANT NOS SEMBLABLES » « Comment se déroule le quotidien d’un polyhandicapé ? Difficile de se l’imaginer si on n’est pas directement concerné par le problème. L’auteur nous ouvre une porte sur la vie des personnes pour lesquelles les gestes élémentaires comme marcher, manger se laver sont rendus impossibles par leur handicap. À certains, il manque également la parole et c’est aux soignants de déceler les messages émis par des gestes et des sons. Les soignants sont mis à l’honneur dans ce récit, l’auteur s’étant 'infiltré' dans une équipe avant de nous livrer ce témoignage bouleversant, d’une grande humanité. À lire absolument » Josie Hack.

« SUPERBE » « Un superbe bouquin ! Un véritable hommage aux équipes soignantes et aux résidents. Une plume vraie et sensible, accessible au plus grand nombre, de nombreux traits d'humour... Un petit bonheur à dévorer dans ces temps de confinement... Une évasion. Au plaisir de vous relire Mr JeFpissard ! » Aurore Devolder, soignante.

« J'AI COMMENCÉ À LIRE TON... » « J'ai commencé à lire ton chef-d'œuvre (d'humilité et de dévouement pour les personnes 'déglinguées' que la vie n'a pas épargné... je ne sais plus si tu as employé le terme ?... dans ma bouche, c'est évidemment un terme affectueux). Vu l'état de guerre actuel, je vais avoir le temps d'en finir la lecture. » Bruno Baube, psychomotricien.

« SANS TITRE » « Je suis en train de lire votre œuvre "Assis sur Terre, debout au paradis", c'est bouleversant. » Josie Hack, écrivaine.

« NOUS N'HABITONS PAS LE MONDE DE LA MÊME FAÇON » « Extraordinaire récit clinique et humain de la vie quotidienne de nos amis polyhandicapés dans ce foyer, comme dans bien d'autres j'imagine, et de leur accompagnement par tous ces soignants mis à l'honneur dans ce livre. Je n'aurais jamais pensé qu'il y avait tant d'organisation et tant de vie dans ces foyers. L'auteur de ce récit a un réel talent de conteur et fait passer tant d'humanité ! La fin romancée du livre, imaginée avec ses ex-collègues, est tout simplement à pleurer d'émotion. » Christophe Ravet.

« PUISSANT ET PROFONDÉMENT HUMAIN » « Voilà un livre rare, à la fois puissant et plein de délicatesse. On y trouve du vécu professionnel, le sérieux indispensable à l'accompagnement des personnes en grande difficulté, la lourdeur des tâches du quotidien, la gravité extrême de certaines situations. Mais aussi tellement d'empathie, de gaieté, d'humour, de vie... d'Humanité tout simplement. Quant à la partie finale... une idée extraordinaire ! Une très belle manière de rendre hommage à toutes ces personnes. » Geneviève Ballereau.

« UN TÉMOIGNAGE ÉMOUVANT, PARFOIS DRÔLE AUSSI, SUR LA VIE DES POLYHANDICAPÉS » « Comme l'explique l'auteur, lassé d'être journaliste, écrivain et éditeur, il postule pour être employé de vie dans un F.A.M. (Foyer d'accueil médicalisé), comportant 4 pavillons, dont chaque chambre, individuelle ou double, comporte une sono et la TV. Il se retrouve dans l'un d'eux avec 12 pensionnaires, gérés par des équipes de 3 (une le matin, une l'après-midi, une le soir), où il est d'ailleurs le plus âgé. À ce personnel encadrant s'ajoute le personnel médical : psychologue, psychomotricien, infirmières. Avec beaucoup de détails, il nous fait part de l'organisation de cette structure, rythmée par le lever et la toilette de chacun (qui ne sont pas une sinécure), les repas, la sieste, les activités, intérieures et extérieures, qui se révèlent souvent épiques ! Les maîtres-mots sont : patience et absence de coercition. Ainsi, malgré la terrible réalité décrite, une belle image de ce foyer est donnée. Son récit est émaillé de nombreuses anecdotes, souvent drôles, sur chacun des pensionnaires, à qui il a donné des surnoms mnémotechniques, comme Francis-le-voyageur-des-couloirs, ou Nelly-comme-un-volcan (parce qu'elle vomit tout le temps), ou encore Jean-Yves-Rockingchair-5-octaves. Comme lui, nous nous attachons à ces 12 pensionnaires. La mort n'est pas absente évidemment... Des chansons ou des poèmes (parfois relookés à la JeF) viennent aussi nous emporter. Et la fin... ! Je vous laisse la découvrir. Un témoignage remarquable par ses précisions et l'empathie qui en découle. À lire ABSOLUMENT ! » Florence Jouniaux.

ContactMentions légalesAdministration